Est-il possible de demander une visite d’expertise sur chantier ?

Normalement notre rôle de fabricant se limite à fournir un produit de qualité.

Certes , en complément, nous offrons la possibilité de suivre plusieurs cycles de formations. Le fait d’avoir suivi une formation ne positionne pas l’applicateur comme expert dans la pose des produits MORTEX et BEALSTONE. En effet le fait de suivre des cours et ce dans n’importe quel domaine n’offre pas la sécurité d’être bon dans son futur travail (médecins, architectes, plombiers, peintres, etc…)

Étant donc complètement étrangers à la pose du produit MORTEX et n’ayant pas assisté aux accords préparatoires (discussions de teintes, de structures,d’effets,  de présentation d’échantillons) déterminant l’acceptation de la commande, il nous est difficile voire impossible d’apporter un jugement sur une application.

Lors de nos formations et contacts clients, nous conseillons toujours aux artisans de réaliser un panneau de plus ou moins 1m² pour présenter la structure qu’il va y avoir sur le chantier. Ce panneau sera traité avec la protection choisie par le client afin qu’il se rende bien compte de l’effet. Des tests pourront même être effectués sur ce panneau par le client en fonction de la destination du produit. Pour la couleur de plus petits échantillons sont acceptables. Toutes ces remarques sont valables pour le résultat technique de pose et décoratif.

Il est donc très difficile, mis à part de donner un avis personnel, de trancher sans avoir un échantillon. C’est pourquoi nous conseillons toujours au préalable de prendre comme référence un échantillon ou  la visite d’un chantier ou même un mur (de notre showroom ou d’ailleurs) avant le début des travaux.

C’est tant à l’entreprise qu’au client final de demander un échantillon ou de voir des chantiers déjà réalisés pour se conforter dans la sécurité d’avoir un travail qui lui plaira sur son chantier. Par contre il est bien clair que dans le cas où pour des raisons techniques (mauvaises préparations des supports, mélanges mal exécutés, pentes non respectées, … ), la responsabilité du poseur serait engagée. Par contre les marques de reprises, les finitions à la fois lisses et/ou structurées peuvent faire partie d’une particularité dans l’application.

Sans avoir une référence la porte reste ouverte à toutes discussions ou réflexions tels que : “le résultat obtenu répond aux prescriptions du fabricant” ou autres.

Avec une référence, une comparaison peut être faite. Le chantier devra ressembler à l’exemple choisi. C’est donc une sécurité tant pour le client final que pour l’applicateur de faire visiter les chaniters déjà faits et de présenter un échantillon représentatif (minimum 80cmx80cm) avec la protection choisie.

Cette dernière peut modifier la teinte. Pour le choix des couleurs, de plus petits échantillons peuvent être réalisés mais toujours avec la protection choisie.

Dans le cas contraire l’applicateur peut estimer que le client lui fait confiance pour l’exécution de son travail.

C’est pour toutes ces raisons qu’une intervention de notre part est très difficilement justifiable.

Nous donnons des formations mais le client est toujours libre de réaliser son application à sa manière. Nous n’avons pas autorité en la matière ni à faire de l’ingérence dans ce domaine. C’est peut-être regrettable mais un fabriquant ne peut suivre toutes les applications qu’il estime “mauvaises” des applicateurs et ce d’autant plus qu’à ce moment le travail est déjà exécuté.

En effet un fabricant de carrelages peut  vendre à un mauvais applicateur et il ne se déplacera pas si le carrelage est mal posé et ce pour les même raisons que celle précitées. Par contre s’il y a un défaut dans le carrelage, son intervention sera nécessaire.

BEAL ne pourra non plus lors d’une visite se rendre compte des supports, de la vérification de la pose des primaires, du nombre de couches, des épaisseurs de celles-ci, du type de produit MORTEX utilisé et du type de protection apportée. Ceci parce que c’est uniquement la dernière couche qui reste visible.