Foire aux questions

89 résultats trouvés

51. Comment éliminer de l’OIL MORTEX OH TR du revêtement MORTEX ?

L’OIL OH TR après application suivant protocole devient très dure.

Si pour une raison ou pour une autre (par exemple changer la couleur du revêtement ou exécuter une réparation) il faut éliminer cet aspect huileux, la meilleure solution est de l’enlever mécaniquement ( à conditions que l’huile soit complètement sèche) en abrasant la surface traitée avec un disque diamanté.

Si le produit MORTEX est structuré et pas parfaitement plan, on n’arrivera pas à éliminer toute l’huile se trouvant dans les petites cavités, sans attaquer la dernière couche de produit MORTEX.

Nous conseillons donc d’abraser toute la surface jusqu’à l’obtention d’une couleur parfaitement uniforme.

Il faut bien nettoyer et dépoussiérer la surface abrasée et l’environnement direct.

Après avoir appliqué et laissé sécher une couche de primer RESIDUR, une nouvelle couche de produit MORTEX sera appliquée sur le support.

Cette dernière recevra, en fonction du protocole de pose, la protection choisie.

En cas de présence d’huile fraîche, des essais peuvent réalisé avec de la térébenthine.

52. Qu’entend-t-on par « couche technique » de revêtement MORTEX ?

C’est une couche de MORTEX COLOR 2-N ayant une épaisseur comprise entre 1 mm et 1.5 mm avec un séchage de 8h au minimum et de 24h au maximum.

53. MX13 – Comment tenter de diminuer l’apparition de fissures dues aux mouvements dans le revêtement MORTEX® ?

Toujours travailler sur un support stable et propre et dénué de poussières.

Dans le doute, utiliser le tissu d’armature BEALTEX à poser en sandwich (entre deux couches).

La fibre de verre ou notre tissu d’armature BEALTEX  n’offre pas une garantie totale de résultats, car il ne pourra reprendre que de très faibles mouvements.

C’est la toile (tissu d’armature) qui va s’étirer en reprenant l’effort du mouvement du support.   Le produit MORTEX® va alors connaître des tensions pouvant provoquer  plusieurs micros fissures au lieu d’en avoir une importante à l’emplacement de la fissure initiale du support. Le revêtement MORTEX® est souple mais pas élastique.

Il est toujours difficile de traiter des fissures vivantes sans passer par la case “modification du support”. C’est la raison pour laquelle il faut toujours respecter par un joint de dilatation dans le revêtement MORTEX® les joints de dilatations réalisés dans le support.

 

Mots clés: Mortex, fissures, support, armature, filet d’armature

54. Un particulier est-il capable de faire son propre Bealstone ?

Au niveau de l’application, un particulier pourrait réaliser lui-même son BEALSTONE pour de petites surfaces.

Dans la pratique, pour des surfaces plus importantes, ce n’est pas toujours réalisable.

En effet, le BEALSTONE requiert des outils particuliers et très coûteux (ponceuse rotative avec disques diamantés) que souvent seuls les professionnels possèdent.

Des formations « INITIATION » sont prévues pour prendre connaissance du produit.

55. Comment appliquer le revêtement MORTEX dans une douche ?

Merci de bien vouloir vous référer à la fiches technique du produit MORTEX  et au syllabus de formation (disponible en formation).

Pour rappel : Dans une douche, appliquer le produit Mortex de manière parfaitement lisse pour que la surface soit impérativement sans pores (micro-cavités).
Cela permet d’éviter les incrustations de restes de savon, de calcaire,…
Autre avantage : la facilité de nettoyage.

Appliquer ensuite la protection adéquate (consulter la fiche technique svp, merci).

56. Description sur les bases pour l’injection ascensionnelle ?

Deux bases pour l’injection tout comme pour la protection des façades.

  • Phase solvant :
    BEAL formule le CAPILASIL en phase solvantée à base d’une concentration de matières actives composée de siloxanes oligomères (10% de concentration) au moyen d’un solvant désaromatisé, de très haute qualité et de très haute performance. 
    Les aromates sont éliminés en grande partie mais il en reste encore un peu. 
    Le solvant est lourd pour permettre à la diffusion de continuer à s’installer  après l’injection.  Ensuite le solvant s’évaporera et laissera place à la barrière créée par la polymérisation du système à base de siloxanes oligomères.
    Le solvant est l’agent transporteur du produit.  Il est non polaire donc il ne se mélange pas à l’eau.  Dans un premier temps c’est donc le solvant qui agira comme barrière et dès son évaporation, la polymérisation s’installe pour former la véritable barrière. L’humidité éventuellement présente dans le support est un facteur qui accélère la polymérisation.

Ne pas utiliser cette base si des éléments sensibles aux solvants sont présents dans les murs, au sol et en dessous de la chape ou du béton,

Chauffer (en périodes froides) et aérer les locaux traités pour évacuer les solvants évaporés et l’humidité présente encore dans les murs.  Les derniers aromates encore présents dans les produits sont naturellement plus odorants lorsqu’on les chauffe.  Donc les chauffages à accumulation augmenteront sensiblement l’odeur des aromates restants (Ex : une sauce froide réchauffée va libérer ses aromates).

La barrière est effective le jour de l’injection.  En effet le solvant étant non polaire (=ne se dilue pas à l’eau), c’est ce dernier qui entrera directement  en fonction.  C’est ensuite après son évaporation que les siloxanes polymérisés entreront en fonction. 
La durée de l’assèchement dépend  des composants des recouvrements de murs (peintures, plâtre,  chaux, cimentages, carrelages,…), du chauffage (périodes froides) et de l’aération. Cela dépend donc de l’habitant des lieux.
En général pour des murs libres de recouvrement, cela prend de 6 mois à une année et demie.  En période de début de chantiers ouverts aux vents (chassis non placés) on a pu assister à des assèchements fulgurants de l’ordre de 2 mois et demi, trois mois.

  • Phase aqueuse:  

    BEAL formule le CAPILASIL HEH20 à base de siloxanes dilués dans l’eau. 
    L’avantage de ce type de produit est d’être complètement inodore. 
    Par contre il faut comprendre que l’injection apportera dans le support une quantité d’eau non négligeable nécessaire à la diffusion des siloxanes.  Cette eau devra également s’évaporer.  L’assèchement sera donc nettement plus long qu’avec un produit solvanté dont le solvant s’évapore plus facilement.  Il y aura également une formation de sels complémentaires puisqu’on rajoute de l’eau de manière conséquente dans un milieu alcalin.La barrière n’est pas effective le jour de l’injection mais bien plus tard.  Les siloxanes commencent à polymériser lors de l’évaporation de l’eau donc doucement.  Les débuts de polymérisation se passent en général après un mois et plus rapidement en période de fortes chaleurs.
    Il y a également le risque de voir en présence d’humidité ascensionnelle accrue une remontée de la barrière avec dilution de cette dernière avant qua polymérisation ne se soit établie.

C’est ensuite après toute l’évaporation de l’eau contenue dans les produits et dans les murs que les siloxanes polymérisés entreront en fonction. 
La durée de l’assèchement dépend des composants des recouvrements de murs (peintures, plâtre,  chaux, cimentages, carrelages,…), du chauffage (périodes froides) et de l’aération. Cela dépend donc de l’habitant des lieux.
En général pour des murs libres de recouvrement, cela prend de 6 mois à deux ans.

On a pu remarquer sur des chantiers ouverts aux vents (châssis non placés) des assèchements beaucoup plus rapides. Après  à 10 mois des résultats probants ont pu être constatés.

57. Comment éliminer le produit BEALWAX du revêtement MORTEX ?

La BEALWAX, appliquée seule après l’application du revêtement MORTEX n’est pas en elle-même parfaitement protectrice. Si vous souhaitez atteindre un niveau supérieur de protection il vaut mieux mettre de l’huile ou un vernis ou du Finish SA en premier lieu. Chaque produit connait ses limites.

Si, pour une raison ou pour une autre (par exemple changer la couleur du revêtement ou exécuter une réparation), il faut éliminer la cire BEALWAX avec des chiffons en coton blancs et propres avec un léger apport de térébenthine. Des chiffons colorés peuvent déteindre et provoquer des taches.
Déposer un peu de térébenthine sur une surface déterminée et passer le chiffon en frottant pour ôter la cire.  Répéter l’opération jusqu’au moment où il n’y a plus de cire sur le chiffon.

Si le produit MORTEX est structuré et pas parfaitement plan, on n’arrivera pas à éliminer toute la cire BEALWAX se trouvant dans les petites cavités.  Cette cire BEALWAX encore présente sera à l’origine d’un décollement d’un revêtement MORTEX appliqué par-dessus.

Nous conseillons d’abraser légèrement toute la surface pour éliminer tous les restes éventuels de cire BEALWAX.  Il faut ensuite bien nettoyer et dépoussiérer la surface abrasée et l’environnement direct.

Pour appliquer ensuite une couche de produit MORTEX, il faut au préalable pour faciliter la pose de cette couche appliquer et laisser sécher une couche de primer RESIDUR.

La protection choisie sera par la suite apposée selon le protocole de pose.

58. Qu’entend-t-on par poser une couche de produit MORTEX « à secco » ?

C’est la pose de couches successives d’enduit MORTEX avec un temps de séchage compris entre 8h et 24h entre chaque couche.

59. MX14 – Apparition d’auréoles et taches persistantes sur le produit MORTEX® ?

Lorsque le produit MORTEX® est appliqué de manière très structurée avec formation de micros cavités plus ou moins importantes, des pénétrations de liquides gras ou autres sont possibles au niveau de ces ouvertures.

En effet, ces endroits sont des points faibles pour l’enduit et sa protection.  Il est indispensable pour éviter des pénétrations éventuelles de bien traiter ces cavités.  En passant les produits de protection (vernis, huiles, etc…) au moyen d’un traitement normal (rouleau ou pinceau …), ces derniers ne pénètrent pas dans ces cavités, car ces produits sont trop épais.  Il faut impérativement les pousser en tapotant avec le pinceau/la brosse pour bien traiter les bords de ces cavités ainsi que le fond.

Nous connaissons donc à ces endroits un phénomène de capillarité latérale, par-dessous la protection, causant un support taché.  Ce dernier ne peut sécher que par les petites ouvertures formées par les micros cavités en question.  Les graisses ne s’échappent jamais.

Pour les couches « techniques » (sol, douches, etc…), le fait d’avoir un support à pores ouverts (cavités) est déjà une déficience au niveau de l’application. Cette faiblesse se répercute sur l’étanchéité entravée du système et aura tendance à s’encrasser dans ces zones.

Nous conseillons donc toujours de réaliser et faire valider un échantillon pour déterminer la finition (structurée, lisse, etc.) en fonction de la destination du chantier.

Ex : pour une douche et/ou un plan de travail, nous conseillons toujours une finition lissée pour éviter un phénomène d’encrassement et faciliter l’entretien.

Il faut prendre en compte que ces cavités sont parfois difficiles à protéger parce que dans le fond de certaines, d’autres cavités communiquent.  C’est dans ces cavités que va se fixer l’encrassement (saletés, savons, résidus de nettoyage, produits huileux, teintures de cheveux, farine, beurre, etc.). Les microcavités créent un passage possible pour l’eau.

La présence de taches à certains endroits et pas à d’autres prouve que la protection (vernis ou autre) est efficace là où elle est bien appliquée.

Les taches sont présentes aux endroits qui n’ont pas reçu de protection, ou là où la protection n’est plus présente.  Il est donc impératif de tamponner le vernis ou les autres protections dans ces petites cavités non traitées. Ces cavités non traitées sont naturellement toujours à éviter.

Des supports lisses peuvent présenter les mêmes cas de figure si la protection est mal appliquée.

Il faut donc impérativement  bien fermer les surfaces en évitant la présence de micros cavités importantes et bien appliquer la protection suivant les règles de l’art.

 

Mots clés: Mortex, fissures, support, armature, filet d’armature, auréoles

60. Peut-on utiliser le revêtement BEALSTONE comme revêtement pour une piscine ?

Le BEALSTONE n’a pas été conçu à cet effet.  BEAL ne prend pas la garantie sur ce type d’application sortant des fiches techniques et du protocole de pose. Toutefois, des études sont en cours quant au placement éventuel du BEALSTONE dans des piscines.

Poser votre question

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Retourner au FAQ