Foire aux questions

89 résultats trouvés

61. Le revêtement MORTEX est-il glissant ?

Tout dépend du « serrage du grain » réalisé par l’applicateur. Un Mortex bien ferré et très lisse, s’il est mouillé, sera plus glissant qu’un revêtement MORTEX « rugueux » (vous pouvez passer à la taloche-éponge pour faire ressortir le grain).

Il existe un système pour rendre le produit MORTEX anti-dérapant accompagné de l’application d’un vernis.

Voir dans ce FAQ.

62. Quelques mots sur les CHAUX

Le chiffre suivant le groupe de lettres définissant la description des Chaux Hydrauliques NHL décrit la dureté, après prise complète de celle-ci.  2, 3, et 5 sont les valeurs les plus répandues. L’artisan choisira la dureté de sa chaux en fonction de son support.

A titre indicatif, les chaux aériennes grasses utilisées dans nos régions jusqu’aux années cinquante ont une dureté avoisinant l’indice 2. Le chiffre suivant le groupe de lettres définissant la chaux aérienne CL décrit sa pureté (par exemple, CL 90 pour la Supercalco est une des plus pures au monde).

Rappel :

Les NHL (chaux hydrauliques) font leur prise dans les heures qui suivent leur mise en contact avec de l’eau et ensuite une seconde prise avec le Co2 de l’air.  Les mortiers à base de NHL doivent être mis en œuvre dans les 4 heures suivant leur gâchage.

Les températures diurnes et nocturnes extérieures, intérieures el celle du support doivent être supérieures à 5°C.

Les NHLZ sont des chaux qui contiennent au moins 20% de ciment.

Les HL par contre contiennent au moins 20% d’additifs.

Les CL mélangées à l’eau ou les chaux grasses en pâte font leur prise dès leur mise en contact avec l’air (carbonatation). Un mortier à la CL pourra donc être conservé indéfiniment s’il est mis à l’abri de l’air en le protégeant par une fine couche d’eau ou une feuille plastique et hors gel.

Le temps de prise pour une dureté à cœur d’un enduit d’une épaisseur moyenne de 15 mm est de ± 3 mois pour les NHL et de ±9 mois (t° > 16°C) pour les CL suivant les conditions de mise en œuvre.  Bien entendu, en cas de pose d’un enduit multicouches, l’artisan ne doit pas attendre la prise à cœur des couches de fonds mais seulement que celles-ci soient suffisamment dures pour résister à la pose d’une nouvelle couche d’enduit.

En cas d’exposition de l’enduit à des alternances sec / humide (caves, extérieurs, …) on privilégiera l’emploi de NHL ou d’NHL-Z.

Les CL et les NHL ou NHL-Z peuvent être mélangées entre elles afin d’ajuster le mortier aux désidératas de l’artisan. L’ajout de CL dans un mortier de NHL rendra celui-ci plus onctueux et augmentera son temps d’ouvrabilité mais diminuera sa résistance à l’humidité.

Ici on ne parle pas de mélange avec les HL pour ne pas influencer les mélanges en apport d’additifs mais cela reste envisageable.

63. Les produits CAPILASIL empêchent-ils la formation des mousses, algues et lichens ?

Les mousses et les algues sont dues à la présence d’humidité. La prolifération de ces algues et mousses dépendent de l’orientation du support et de son environnement ainsi que des conditions climatiques.

Des accentuations du phénomène peuvent être dues à des écoulements et/ou des stagnations d’eau. Les ennemis de ces végétaux sont la sécheresse et la lumière.

Il existe bien entendu des produits anti-mousses et algues que nous proposons dans notre gamme mais ces derniers sont uniquement curatifs.

Dans les cas de supports fortement absorbants un hydrofuge peut retarder la formation de mousse parce que cette dernière n’aura plus facile de développer ses racines dans un support traité donc sec.

64. Quel type de joint souple peut-on utiliser entre les revêtements BEALSTONE ou entre le revêtement BEALSTONE et un autre matériau ?

Un joint souple périmétrique (ex. entre murs et sols, sols et menuiseries, …), de type MS Polymère (prévu pour pierres naturelles et verre) est préconisé pour compenser le mouvement dû à la dilatation du matériau. L’utilisation d’un fond de joint est préconisée.
Ces joints souples ne laissent pas de traces tant sur le revêtement BEALSTONE que sur les autres matériaux, contrairement à un silicone classique.  Le MS Polymère offre l’avantage d’être étanche. Ce type de joint est utilisé pour les joints susceptibles de connaître un mouvement (dilatation etc.).

On peut créer un joint au moyen de profilés inox ou laiton pour marquer des zones spécifiques stables (sans mouvements).

Le revêtement BEALSTONE en lui-même peut être placé côte à côte et former un joint matière contre matière. Dans ce cas voir dans ce FAQ joint matière contre matière.

Ces 3 types de joints sont parfaitement adaptés pour résister à un nettoyage classique.

65. MX08 – Comment éliminer les taches sur un revêtement MORTEX® vernis?

S’il y a des taches sur un revêtement MORTEX® vernis, elles sont très probablement dues à la pénétration de l’encrassement par des ouvertures dans le vernis (griffes, chocs) ou à une application déficiente de vernis ne répondant au protocole de pose de la fiche technique.

Pour réparer et tenter de nettoyer ces taches, il n’y a, a priori, aucune autre solution pour résoudre que de poncer la surface avec un outil diamanté pour éliminer le vernis.

En effet, on pourrait, avant l’opération du ponçage, tenter de nettoyer les taches au moyen de la capillarité exercée par l’application de plusieurs épaisseurs de papier absorbant (voir dans ce FAQ la technique de nettoyage par capillarité).

Si ce travail se révèle inefficace, il faudra poncer la partie de l’enduit MORTEX jusqu’à la disparition totale de la tâche pour appliquer une nouvelle couche d’enduit MORTEX®, en lissant parfaitement la surface de l’enduit, pour ne pas réitérer le même problème.  L’enduit MORTEX COLOR F2 peut, dans certains cas, vous apporter plus de facilité dans le lissage.

Après séchage de l’enduit MORTEX® (voir fiches techniques disponibles sur www.bealinternational.com), appliquer ensuite le vernis suivant les prescriptions techniques de pose.

Attention : si vous êtes dans une technique d’imperméabilité pour une douche, il faudra appliquer à nouveau les parties manquantes au système des deux couches de l’enduit MORTEX COLOR 2N. (voir Quels sont les différents systèmes MORTEX®?)

 

Mots clés: Mortex, taches, vernis, dégâts, griffes, poncer

66. Pourquoi ne peut-on pas appliquer le Mortex sur de grandes épaisseurs ?

Le MORTEX a été étudié et conçu pour être un micro-mortier posé en couches de 1 à 1,5 mm avec une épaisseur maximale de 3 mm par système. Le protocole de pose doit être respecté pour garantir la technicité du MORTEX. Une sur-épaisseur avec un temps de séchage non adapté peuvent provoquer des microfissures dans le MORTEX. En déco, tout est permis !

67. Quel type de joint utiliser entre le revêtement MORTEX et d’autres matériaux ?

Pour compenser le mouvement dû à la dilatation du matériaux, un joint souple type MS Polymère prévu pour pierres naturelles car il ne laisse pas de traces grasses tant sur le revêtement MORTEX que sur les autres matériaux, contrairement à un silicone classique.

On peut créer un joint au moyen de baguettes inox ou laiton pour marquer des zones spécifiques stables, non sujettes à des mouvements.

Le revêtement MORTEX en lui-même peut être placé côte à côte et former un joint matière contre matière.

68. Quels sont les supports compatibles pour la CHAUX ?

Supports naturellement compatibles

Pour qu’un enduit à la CHAUX adhère naturellement sur son support, il est impératif qu’une partie  de l’eau chargée de chaux présente dans le mortier pénètre dans les supports, sans cette migration d’eau riche en chaux l’enduit ne “collera” pas.

On privilégiera un support minéral bien que d’autres supports puissent convenir comme le bois,…

Les supports naturellement compatibles sont donc poreux (sans excès) et doivent bien entendu être propres et stables.

Exemple: blocs béton, blocs Argex, blocs de terre cuite, pierres « hourdées » à la chaux, …

Cela exclut donc de facto : les plaques de plâtre, bloc de béton cellulaire, enduits de plâtre, panneaux de bois, panneaux type Lux Eléments, Wedi ou similaires, maçonneries peintes, …

La pose d’un primaire sur ces supports est envisageable pour permettre la pose d’un enduit à la chaux mais à ce moment le choix de la chaux est purement esthétique et ses qualités techniques n’exerceront aucune influence sur le support.

Remarque : pour une cloison légère, il y aura lieu de remplacer le panneau par une feuille de métal déployé ou de treillis galvanisé ou inox fixée mécaniquement sur la structure et ensuite réaliser un dégrossi suivi d’une couche rigidifiant l’ensemble.

Toujours “griffer” ou “peigner”  la couche précédente encore fraîche pour faire adhérer la couche suivante.

69. Comment traiter les taches d’humidité hors présence de produits gras et/ou teintés sur le revêtement MORTEX ?

  • Poncer la protection en rentrant dans le produit MORTEX jusqu’à disparition des taches.
  • Laisser sécher les taches d’humidité. Bien ventiler la pièce et constater la disparition des taches.
  • Si nécessaire appliquer les couches manquantes en vérfiant leurs épaisseurs.
  • Appliquer la protection en bonne et due forme selon le protocole de pose.

Remettre simplement une couche de protection par-dessus sans passer par les points ci-dessus une tache ne résout pas le problème. Vous couvrirez les taches donc le problème qui sera toujours visible.

Si on ponce uniquement la protection, il y aura toujours des risques d’avoir des restes dans les petites cavités du revêtement MORTEX.  C’est pourquoi on conseille de poncer en entrant dans le produit MORTEX afin d’obtenir un revêtement MORTEX vierge de toute protection.

Par ailleurs s’il reste du produit de protection dans les micro-cavités du produit MORTEX, vous aurez des taches plus foncées aux endroits où l’ancienne protection s’est incrustée.  Vous aurez l’impression qu’il y a deux ou trois couches, alors que vous n’en avez appliqué qu’une seule.

70. Peut-on appliquer une nouvelle couche de revêtement BEALSTONE sur une ancienne couche de revêtement BEALSTONE?

Oui.

Dans tous les cas, un nettoyage s’impose pour rendre la surface saine et propre

Il est impératif de retirer complètement la protection présente sur le revêtement BEALSTONE s’il y en a une.

Il faut impérativement donner une adhérence sur l’ancien BEALSTONE en rendant la surface rugueuse.

L’épaisseur à éliminer dépendra de la place disponible pour couler une nouvelle couche.

L’application du primaire RESIDUR n’est pas obligatoire mais facilitera la pose de la nouvelle couche de revêtement BEALSTONE.

Poser votre question

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Retourner au FAQ