Foire aux questions

89 résultats trouvés

31. Quels sont les supports compatibles pour la CHAUX ?

Supports naturellement compatibles

Pour qu’un enduit à la CHAUX adhère naturellement sur son support, il est impératif qu’une partie  de l’eau chargée de chaux présente dans le mortier pénètre dans les supports, sans cette migration d’eau riche en chaux l’enduit ne “collera” pas.

On privilégiera un support minéral bien que d’autres supports puissent convenir comme le bois,…

Les supports naturellement compatibles sont donc poreux (sans excès) et doivent bien entendu être propres et stables.

Exemple: blocs béton, blocs Argex, blocs de terre cuite, pierres « hourdées » à la chaux, …

Cela exclut donc de facto : les plaques de plâtre, bloc de béton cellulaire, enduits de plâtre, panneaux de bois, panneaux type Lux Eléments, Wedi ou similaires, maçonneries peintes, …

La pose d’un primaire sur ces supports est envisageable pour permettre la pose d’un enduit à la chaux mais à ce moment le choix de la chaux est purement esthétique et ses qualités techniques n’exerceront aucune influence sur le support.

Remarque : pour une cloison légère, il y aura lieu de remplacer le panneau par une feuille de métal déployé ou de treillis galvanisé ou inox fixée mécaniquement sur la structure et ensuite réaliser un dégrossi suivi d’une couche rigidifiant l’ensemble.

Toujours “griffer” ou “peigner”  la couche précédente encore fraîche pour faire adhérer la couche suivante.

32. Comment traiter les taches d’humidité hors présence de produits gras et/ou teintés sur le revêtement MORTEX ?

  • Poncer la protection en rentrant dans le produit MORTEX jusqu’à disparition des taches.
  • Laisser sécher les taches d’humidité. Bien ventiler la pièce et constater la disparition des taches.
  • Si nécessaire appliquer les couches manquantes en vérfiant leurs épaisseurs.
  • Appliquer la protection en bonne et due forme selon le protocole de pose.

Remettre simplement une couche de protection par-dessus sans passer par les points ci-dessus une tache ne résout pas le problème. Vous couvrirez les taches donc le problème qui sera toujours visible.

Si on ponce uniquement la protection, il y aura toujours des risques d’avoir des restes dans les petites cavités du revêtement MORTEX.  C’est pourquoi on conseille de poncer en entrant dans le produit MORTEX afin d’obtenir un revêtement MORTEX vierge de toute protection.

Par ailleurs s’il reste du produit de protection dans les micro-cavités du produit MORTEX, vous aurez des taches plus foncées aux endroits où l’ancienne protection s’est incrustée.  Vous aurez l’impression qu’il y a deux ou trois couches, alors que vous n’en avez appliqué qu’une seule.

33. Peut-on appliquer une nouvelle couche de revêtement BEALSTONE sur une ancienne couche de revêtement BEALSTONE?

Oui.

Dans tous les cas, un nettoyage s’impose pour rendre la surface saine et propre

Il est impératif de retirer complètement la protection présente sur le revêtement BEALSTONE s’il y en a une.

Il faut impérativement donner une adhérence sur l’ancien BEALSTONE en rendant la surface rugueuse.

L’épaisseur à éliminer dépendra de la place disponible pour couler une nouvelle couche.

L’application du primaire RESIDUR n’est pas obligatoire mais facilitera la pose de la nouvelle couche de revêtement BEALSTONE.

34. MX09 – Quel type de joint souple de dilatation peut-on utiliser entre les revêtements MORTEX® ou entre le revêtement MORTEX® et un autre matériau ?

Un joint souple périmétrique (ex. entre murs et sols, sols et menuiseries, etc.), de type MS polymère (prévu pour pierres naturelles et verre) est préconisé pour compenser le mouvement dû à la dilatation du matériau. L’utilisation d’un fond de joint est préconisée.

Ces joints souples ne laissent pas de traces ni sur le revêtement MORTEX® ni sur les autres matériaux, contrairement à un silicone classique.  Le MS Polymère offre l’avantage d’être étanche. Ce type de joint est utilisé pour les joints susceptibles de connaître un mouvement (dilatation, etc.).

Le joint souple doit être mis en œuvre avant une protection huile.

Le mieux est d’arrêter le revêtement MORTEX à 3 mm du bac de douche à l’aide d’une cornière d’arrêt et d’ensuite remplir l’interstice d’un joint en MS polymère.

Bien suivre l’opération de pose. Utiliser un fond de joint si nécessaire.

Il faut également poser un joint en MS Polymère autour des arrivées d’eau (il n’existe pas de profilés d’arrêt spéciaux ronds pour cette application).

Le joint souple doit être contrôlé et remplacé si nécessaire.

 

Mots clés: joint, dilatation, MS Polymere

35. Faut-il prévoir des joints de dilatation dans le Mortex ?

Le Mortex n’exige pas de joints de dilatation sauf dans le cas où le support en est pourvu. S’ils n’ont pas été prévus dans le support alors que nécessaires, il faudra penser à les envisager dans le Mortex.

36. Peut-on peindre sur les revêtements MORTEX ?

Les propriétés physiques du produit MORTEX sont similaires à celles de la pierre.  Il faut demander au fournisseur de votre peinture sur quel support celle-ci peut être appliquée.

Il sera plus que conseillé dans certains cas (produit BEALWAX,…) de retirer la protection présente sur le revêtement MORTEX s’il y en a une.

Dans tous les cas, un nettoyage s’impose pour rendre la surface saine et propre.

37. Réalisation d’enduit à la CHAUX NHL

Réalisation standard d’un enduit à la NHL en 2 ou 3 couches en fonction de la finition souhaitée

– Pose des protections sur les surfaces non enduites et humidification du support la veille du gobetis;

– Pose d’un enduit d’accroche (gobetis) suivi d’un durcissement de plusieurs jours en fonction des conditions atmosphériques,

– Humidification de l’enduit d’accroche la veille de la pose du corps d’enduit

– Pose du corps d’enduit qui pourra soit :

  • être soigneusement lissé à frais et laissé tel quel,
  • être gratté le lendemain au grattoir (graton) en vue de recevoir un enduit fin de finition, et pourrait laisser délicatement apparaître les agrégats,
  • être gratté le lendemain à la langue  afin de faire apparaître plus franchement les agrégats,

– Après durcissement suffisant du corps d’enduit gratté à la taloche type « graton », pose d’un enduit fin de finition, teinté ou non et pouvant être lissé ou feutré. Pour les autres finitions du corps d’enduit,  la pose d’un badigeon à la chaux est nécessaire.

– Dépose des protections.

38. Encrassement du revêtement MORTEX ?

Le produit MORTEX est un produit qui permet et admet énormément de types d’application dans les catégories super lisses, lisses, structurées, voire très structurées.
Nous entendons par « couches techniques »,  celles nécessaires pour les applications sur les sols, les escaliers et les douches, ou similaires (consulter les fiches techniques disponibles sur le site et syllabus donné en formation).

Sur la dernière couche technique de l’enduit MORTEX COLOR 2N, on peut apporter une couche de l’enduit MORTEX COLOR F2, qui, plus fine, favorise non seulement des finitions lisses et plus fermées (sans micros cavités).

L’entrepreneur (artisan applicateur) prendra aussi le soin de bien faire pénétrer la protection adéquate dans les micros-cavités pour autant que le produit MORTEX ait été appliqué de cette manière. Les finitions lisses et bien protégées sont idéales.

Les types et niveaux d’encrassements dépendent de la destination des lieux où la pose est souhaitée.

Nous conseillons toujours à l’applicateur de proposer au client final un échantillon (80 cm x 80 cm minimum), à faire valoir pour acceptation et ce, avant de commencer le chantier.

Des demandes de réalisations de sols structurés dans des endroits relativement sujets à l’encrassement (entrées par le jardin, etc…) impliquent le client final, qui est le maître d’ouvrage, à décider de la résistance à l’encrassement au moment de la présentation de l’échantillon par l’artisan applicateur et constater si celle proposée est suffisante pour lui.

Il en de même pour la résistance.

Dans le cas de sols structurés, les salissures auront tendance à se marquer plus rapidement, ce qui est logique.  La même réflexion peut donc se faire pour tous les joints profonds de carrelages, des carreaux en travertin, etc…

Les salissures profondes dues par ex à un nettoyage peu régulier à un nettoyage rapide et/ou superficiel, ce qui est normal. Au fur-et-à-mesure de l’encrassement, celui-ci  deviendra plus tenace parce qu’il se présentera  sous forme de boue séchée après le passage de l’eau de nettoyage.

Dans ce cas, nous conseillons d’humidifier le support avec de l’eau à la température de la pièce.  On laissera agir durant les minutes nécessaires la capillarité de l’encrassement pour que ce dernier se ramollisse et soit plus facilement éliminé par un passage léger au moyen d’une brosse douce, ce qui dégagera les résidus repris par une serpillière.

Répéter l’opération si nécessaire.

39. Comment tenter de diminuer l’apparition de fissures dans le revêtement MORTEX ?

Toujours travailler sur un support stable et propre et dénué de poussières.

Dans le doute, utiliser le tissu d’armature BEALTEX à poser en sandwich (entre deux couches).

La fibre de verre ou notre tissu d’armature BEALTEX  n’offre pas une garantie totale de résultats car il ne pourra reprendre que de très faibles mouvements.

C’est la toile (tissu d’armature) qui va s’étirer en reprenant l’effort du mouvement du support.   Le produit MORTEX va alors connaître des tensions pouvant provoquer  plusieurs micros fissures au lieu d’en avoir une importante à l’emplacement de la fissure initiale du support.

Il est toujours difficile de traiter des fissures vivantes sans passer par la case “modification du support”. C’est la raison pour laquelle il faut toujours respecter par un joint de dilatation dans le revêtement MORTEX les joints de dilatations réalisés dans le support.

40. MX10 – Peut-on appliquer une nouvelle couche de revêtement MORTEX® sur une ancienne couche de revêtement MORTEX® ?

Oui.
Dans tous les cas, un nettoyage s’impose pour rendre la surface saine et propre
Il est impératif de retirer complètement la protection présente sur le revêtement MORTEX® s’il y en a une.
Pour les produits de protection avec imprégnation, il faut poncer la matière jusqu’à la profondeur de pénétration de la protection.
L’application du primaire RESIDUR n’est pas obligatoire, mais facilitera la pose de la nouvelle couche de revêtement MORTEX®.
La fiche technique de chaque produit doit être scrupuleusement observée lors de l’application.

 

Mots clés: Mortex, nouvelle couche, réparation

Poser votre question

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Retourner au FAQ